lundi 22 juin 2009

Agile et l’intégration de ressources dites « particulières ».

Les méthodologies agiles donnent une place importante aux différentes personnes impliquées dans un projet, qu’il soit client, pilote, membres de l’équipe de développement où autres participants.

Les méthodologies agiles, et bien sur votre humble serviteur, préconisent de mettre la bonne personne à la bonne place en exploitant ses forces et ses compétences plutôt que se s’acharné sur ses faiblesses.

Ce n’est pas vrai de dire qu’on est bon dans tout, qu’on peut tout faire. Chaque individu à des forces et des faiblesses. Qu’elle soit causée par un manque d’intérêts ou par une limitation quelconque.

Souvent, beaucoup d’organisations ont peur d’engager des ressources qui en apparence a une certaine limitation. Et j’entends parlas pas seulement les personnes « dites handicapés » mais toutes personnes qui a une limite fonctionnelle, physique ou mentale.

Pourtant, malgré leurs limitations « en apparence » certaines de ces personnes cachent des habilités extraordinaires. Donnons par exemple, M. Albert Einstein, l’un des plus grands physiciens du dernier siècle avec son fameux E=mc2. Qu’est-ce que serait la physique moderne sans son apport. Pourtant, il était dyslexique. Ce qui aux yeux de biens des gens serait encore aujourd’hui un handicap majeur.

Je pense aussi à un ami, du secondaire, qui était paraplégique. Mais, en l’absence de jambes fonctionnelles, avait développé une force exceptionnelle au niveau des bras. Il était imbattable aux bras de fer.

La comparaison que je donne souvent, c’est l’achat d’une voiture. Si on met un gros budget pour acheter le super moteur, des roues de courses. Il risque d’en maquer pour le reste. Mais, cela ne veut pas dire que notre voiture ne correspondra pas à nos besoins, quelle ne sera pas fonctionnelle.

L’apparence de limitation d’un individu, peut-être une force dans un autre contexte. L’autre jour en discutant avec une amie, elle me racontait qu’un des amis avait problème de rendement avec ses employés (construction). Elle lui a suggéré d’engager de hyperactif, ils ont tellement d’énergie. Qu’ils pourront travailler comme 2. Je trouvais l’image belle.

L’hyperactivité qui causait problème en classe, sur un chantier de construction pourrait être un avantage.

Si on regardait notre contexte, l’informatique. Certaines limitations aux yeux de certains pourraient causer des problèmes. Par le passé, j’ai eu un employé qui était du syndrome d'Asperger, limitation qui causait de problème dans interaction personne à personne, le point négatif.

Mais, l’autre côté positif, c’est qu’il avait une passion démesurée (à la limite de la folie) pour le développement Web (javascript, asp.net, XML et compagnie). Une vraie encyclopédie sur ces technologies. Bien entendu, on ne l’a pas mis aux services à la clientèle. Il était notre développeur pour tout ce qui touchait le javascript, le XML, XSLT, CSS et compagnie. Il avait aussi la responsabilité de tester tous les frameworks ou librairies touchant ces technologies. Dieu merci Google, ne l’avait pas découvert, je n’imagine pas, ce que Google sortirait comme technologie s’il avait accès à ces services.

Je ne vous cacherai pas la première fois, que je l’ai rencontré. Je n’étais pas sur de vouloir l’engagé. Mais, je remercie le ciel d’avoir eu la sagesse d’aller plus loin.

Une autre personne que je connais, il est dyslexique. Beaucoup de gens auraient peur de le mettre en dans un contexte, il devrait faire de la formation et de l’animation de groupes. Et pourtant, cette personne le fait de plus de 20 ans.

Bien sûr, pour y arriver, il fait corriger ses textes et ses présentations. Ou semblait un problème, sa dyslexie, il s’en est servi pour apporter une compréhension nouvelle de la formation. Il a du pour surmonter, surpasser sa dyslexie trouver des solutions à l’apprentissage que d’autre n’aurait pas trouvés. Il se sert de ces techniques qu’il a développées pour lui, pour enseigner, former les autres. Il utilise une forme d’enseignement qui utilise plusieurs axes simultanément. Donc, tous trouvent son compte, n’oublions pas que chacun apprend de manière différente.

Comme, il me faisait remarquer tout le monde n’est pas visuel ou auditif. Des gens pour apprendre, doivent faire des exercices à répétitions par exemple, et bien d’autre manière d’apprendre.

En utilisant, leurs forces que plutôt qu’en s’acharnant sur leur faiblesse. On arrive à produire des meilleurs travaux.

En agile et avec le gros bon sens, si on place la bonne personne, avec les bonnes compétences, aux bons endroits. Que plutôt s’acharner à leurs faires réussir des tâches que toute manière, ils seront incapables de réussir, on réussirera de miracles . Ne demandons pas à un aveugle de voir, mais ce qu’il peut faire pour nous aider. Nous saurions peut-être surpris de sa réponse.

Le classement d’individus, les préjugés et toutes actions négatives envers les personnes. Quand on croit qu’il y a un problème et qu'on le résoudre en appliquant des idées préconçues, on se trompe souvent. Il faut rester ouvert, rechercher des solutions. On ne peut pas tout connaître, parfois demander, se documenter sur des limitations en apparence, on pourrait être surpris du résultat. Ces quelques efforts nous aideront à intégrer aux mieux des ressources qu’on aurait délaissées sans ces efforts.

Il ne faut pas oublier, qu’on a tous à notre manière des limitations qui aux yeux des autres, sont des handicapes majeurs. Pour moi, quelqu’un avec l’esprit fermé est plus problématique que un aveugle, un Aperger ou un dyslexique.

Il faut aussi trouver de nouvelles façons d’intégrer ses ressources, et ils pourront nous apporter des lumières dans notre nuit.

Restons ouverts d’esprit, restons agiles.. ! Même avec ces ressources qu’on éliminait par simples préjugés.

4 commentaires:

Georges Saad a dit…

En réponse à un aspect du post, je suis très surpris de voir un blog Agile parler de spécialistes avec des tâches spécifiques "LA bonne personne à LA bonne place". Agile prône une collaboration un partage de connaissance qui renforce un esprit de généralistes plutôt que des spécialistes. Il n'y a pas de BONNE place pour une BONNE prsonne. Je relance encore et encore au principe du "Wisdom of Crowds" qui fait ses preuves au-delà de tous les principes de spécialisations dépassés.

Pour terminer mon point je me permet de citer Scott Amber, qui défini en toute beauté la notion de généralistes dans une équipe Agile
" A generalizing specialist is more than just a generalist. A generalist is a jack-of-all-trades but a master of none, whereas a generalizing specialist is a jack-of-all-trades and master of a few. Big difference. A team of generalists can easily flounder because none of them have the skills to get things done. Similarly, a generalizing specialist is more than just a specialist. A specialist is narrowly focused on a single topic, making them very effective at that topic but not at others. Specialists will often be blind to the issues which other specialists focus on, and as a result will struggle to work with those other specialists effectively."

Au plaisir, Georges Saad [Focus Intelligence].

Génération Agile a dit…

J'ai peut-être mal choisi mon qualificatif en prenant "spécialiste". Je crois et je prône l'utilisation de généraliste, surtout dans un contexte agile.

Mais, le sens que je voulais donner à ces mots était pour marquer un intérêt majeur vers une ou l'autre technologie.

De plus, je ne crois pas qu'on peut réussir un projet complexe, sans lui apporter l'apport d'un spécialiste pour compléter la connaissance générale de l'équipe.

Je crois, qu'il soit généraliste ou spécialiste, doit transmettre et partager sa connaissance.

En terminant, j'aimerais vous rappelez que le but de se billet, n'était pas de prôner ou non, l'utilisation de spécialiste. Mais, l'intégration de ressources qui pour une raison ou une autre avait une limitation. Et que par ce, seule fait ("imbécile"), sont rejeté par d'autre.

Mais, je prends votre commentaire comme constructif et je vais essayer dans la prochaine semaine, d'écrire un billet sur la structure d'une équipe type dans un contexte agile.

Sylvain Lessard a dit…

En gros c'est d'avoir de la tolérance. Et utilisé les points forts de chacun.

Brocantoise a dit…

Bonjour
je suis tout à fait d'accord avec vous